Einkaufsgemeinschaft HSK AG
Postfach
8081 Zürich

www.ecc-hsk.info
D | F | I

Forum HSK 2021 : Le paysage tarifaire suisse a-t-il un avenir ?

Lors du Forum HSK 2021, le 2 septembre, des experts du domaine de la santé en Suisse, en Allemagne et en France ont fait la lumière sur la tarification dans les domaines stationnaire et ambulatoire ainsi que dans la réadaptation.

Participants au podium du Forum HSK 2021. Crédit photo : Lukas Pitsch

Participants au podium du Forum HSK 2021. Crédit photo : Lukas Pitsch

Le 2 septembre a eu lieu en direct le deuxième Forum HSK sous forme numérique : Près de 300 participants ont suivi l'événement en direct et, avec un panel d'experts sur place, ont exploré la question de savoir si le paysage tarifaire actuel en Suisse est adapté à l'avenir. Trois présentations d'experts ont apporté un éclairage sur la tarification en Allemagne, en France et en Suisse. A la suite des présentations respectives, les experts ont reflété la pertinence des approches présentées pour le système de santé suisse.

Les experts et les invités sont d’accord pour dire que le paysage tarifaire actuel a un avenir. En effet, les modèles tarifaires se transforment en systèmes adaptatifs et les indicateurs de qualité gagnent en importance. Le défi réside dans la collecte, la qualité et la comparabilité des données correspondantes.

Le financement des hôpitaux en Allemagne : de plus en plus axé sur la qualité 

Le premier orateur de l'événement, Prof. Dr. rer. pol. h.c. Herbert Rebscher, a présenté un rapport sur la mise en œuvre, les expériences et le besoin de réforme du système DRG en Allemagne. En tant que directeur de l'Institut pour l'économie de la santé et la recherche sur les services de santé (IGV research) et professeur d'économie et de politique de la santé à la faculté de droit et d'économie de l'université de Bayreuth, il est l'un des principaux experts et chercheurs du système de santé allemand.
 

« Le système DRG comme financement hospitalier en Allemagne et en Suisse – idée, mise en œuvre, expériences et besoin de réforme »

 

Les perspectives en Allemagne sont particulièrement intéressantes, car les prestations de soins aigus-somatiques sont facturées via des groupes de cas liés au diagnostic depuis 2004. L'introduction du système tarifaire G-DRG a donc eu lieu huit ans avant SwissDRG. « Au cours des plus de 15 années de fonctionnement régulier, la durée de séjour a considérablement diminué », résume le Prof. Dr Rebscher. Cependant, cela n'est pas seulement dû à l'introduction du système DRG, mais aussi aux innovations technologiques.

« Le défi de tout système tarifaire est de couvrir l'hétérogénéité des patients et des cas individuels sans générer trop de travail administratif », explique le Prof. Dr Rebscher. Le dernier développement en date dans le domaine du financement des hôpitaux est la création d'un institut qui s'occupe de l'ajustement de la qualité du classement des hôpitaux afin que ceux-ci puissent être mieux comparés entre eux. Selon le professeur, l'Allemagne a attendu trop longtemps. Il voit un potentiel d'évolution, notamment dans la mise en place de structures d’offres spécialisées, le développement de coopérations régionales jusqu'à l'échange de mandats de soins et la mise en œuvre de nouveaux instruments numériques tels que le dossier électronique du patient.

Les tarifications évolutives ont un avenir

L'orateur a ensuite discuté avec le panel d'experts présents, composé d'Oliver Peters, directeur général adjoint et directeur financier du CHUV (Centre hospitalier universitaire vaudois), du Dr méd. Philippe Luchsinger, président de mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse et d'Eliane Kreuzer, directrice de la Communauté d'achat HSK. Modérés par Stephan Klapproth, ils ont débattu de la praticabilité et du traitement de la logique DRG ainsi que des différences entre l'Allemagne et la Suisse.

Panel d’experts tarification DRG

 

Tous les experts s'accordent à dire que la tarification par DRG est durable - notamment parce qu'il s'agit d'un système adaptableet évolutif. Ou, comme le conclut le Prof. Dr Rebscher : « Le système est mis à jour chaque année et donc adapté aux conditions actuelles par tâtonnement. Cette structure adaptative est importante pour assurer la viabilité future du système. » Selon Peters, il est particulièrement important que le système de rémunération soit davantage différencié à l'avenir, afin de minimiser les fausses incitations et donc les expansions de volume. Le public de l'événement était d'accord avec les experts : 92 % du public était également d'avis que SwissDRG existera encore dans cinq ans. 

Tous les experts conviennent que le système économique SwissDRG devrait également intégrer à l'avenir des aspects qualitatif. En Allemagne, ceux-ci ont été récemment pris en compte. En Suisse, la première chose à faire est de définir ensemble les qualités des résultats à mesurer, a déclaré Kreuzer. Ensuite, les données doivent être collectées et leur qualité assurée afin de créer une base adéquate pour une évaluation des indicateurs. La Suisse n'est pas aussi avancée que l'Allemagne à cet égard, commente Kreuzer.

France : un nouveau système tarifaire pour plus de normalisation

La présentation suivante de Jean-Marc Aubert, Vice-Président et General Manager d'IQVIA France, portait sur l'évolution de la tarification dans le système de santé français.
 

« Les évolutions de la tarification des soins en France »

 

Après un bras de fer intensif entre les disciplines médicales, les indicateurs de qualité sont pris en compte dans la tarification depuis 2011. « Le système de santé en France est très coûteux, mais la qualité est souvent plutôt inférieure à la moyenne », commente M. Aubert à propos des premiers résultats depuis leur introduction. Il en trouve les raisons dans les différents modèles de financement. En psychiatrie, par exemple, les établissements publics peuvent être financés par des contributions annuelles, alors que les établissements privés sont payés à la nuitée : « Cela signifie que la durée de séjour dans les établissements privés est jusqu'à 25 % plus élevée. » En outre, la rémunération des traitements ambulatoires et hospitaliers diffère, ce qui entraîne dans certains cas une augmentation du volume.

L'objectif de la nouvelle réforme en France est de créer un modèle de financement global pour les prestations ambulatoires et stationnaires, qui permet en même temps une différenciation en fonction du type de traitement. La rémunération ne doit pas seulement être basée sur des forfaits, mais aussi tenir compte de l'adéquation des prestations, de la qualité et du suivi des soins. Cependant, les médecins ambulatoires en particulier craignent que les prestations fournies soient moins bien rémunérées. Ces préjugés doivent maintenant être réfutés, dit Aubert. Avec la nouvelle réforme, la France investit également beaucoup dans l'amélioration de la qualité des données : les médecins reçoivent une rémunération forfaitaire pour remplir les dossiers médicaux, qui peut s'élever jusqu'à 15 % de leurs revenus.

La tarification adaptable garantit des salaires équitables
 

Panel d’experts tarification des soins ambulatoires

 

Lors de la table ronde d'experts qui a suivi, le Dr Luchsinger, en sa qualité de président mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse, a fait valoir que les médecins devraient être rémunérés équitablement et à un tarif plus élevé en raison des prix qui stagnent depuis de nombreuses années. Les participants à la discussion sont d'accord : Le TARMED a conduit à ce que les spécialistes, contrairement aux généralistes, soient de mieux en mieux rémunérés avec des augmentations de volume dues à des prestations surpayées : « C'est le cas de tout système tarifaire ambulatoire qui n'est pas adaptable », conclut Peters. Il manque au TARMED un organe correcteur qui ajuste la rémunération sur la base de nouvelles conditions médicales afin de réduire les augmentations de volume. Avec TARDOC, qui doit remplacer TARMED en 2023, les nouveaux forfaits ambulatoires sont mieux adaptés en tant que systèmes évolutifs et adaptables. Les experts et le public conviennent que tant la tarification à la prestation que les forfaits seront nécessaires à l'avenir.

Des forfaits par cas liés aux prestations en réadaptation grâce à ST Reha

Troisième invité de l'événement, Robert Schomburg, spécialiste en neurologie et responsable de la réadaptation précoce cognitive et somatique à la clinique de réadaptation Zihlschlacht, a apporté un éclairage sur l'évolution des systèmes tarifaires dans le secteur de la réadaptation.

 

« Evolution des systèmes tarifaires. Pouvoir effectif du normatif. Au croisement Médecine aiguë - Réadaption neurologique ? »

 

Près de six pour cent de toutes les hospitalisations en Suisse sont des séjours de réadaptation. La grande majorité d'entre elles font suite à un séjour hospitalier aigu, la durée du séjour hospitalier ayant régulièrement diminué ces dernières années.
   
Après l'introduction de SwissDRG en soins somatiques aigus en 2012 et de TARPSY en psychiatrie en 2018, des forfaits basés sur les prestations doivent également être appliqués en réadaptation avec ST Reha en 2022. La représentation liée à la prestation de tous les modèles de soins est un grand défi, car il n'existe actuellement aucun système comparable. Avec la participation du corps médical, un supplément aux codes CHOP existants, spécifiques à la réadaptation, a été élaboré. Schomburg se félicite de la standardisation de la nomenclature sur la base des critères CHOP, car cela augmente la comparabilité.

La réadaptation précoce et la paraplégiologie ne sont pas incluses dans la version d'introduction de ST Reha ; elles sont facturées selon la structure tarifaire Swiss-DRG ou selon des tarifs alternatifs. Cependant, en réadaptation précoce | paraplégiologie, un mandat de prestations en soins aigus-somatiques est nécessaire pour l'utilisation de SwissDRG - ce qui représente un obstacle supplémentaire dans le maniement pratique. 

Se concentrer sur les soins et la qualité

Panel d’experts tarification de la réhabilitation

 

Kreuzer salue le nouveau système car il contribue à la standardisation et donc à la comparabilité des prestations. Peters est sceptique : « Avec ST Reha, la Suisse innove. Les critères sur lesquels repose la structure du système sont flous en raison de la grande variabilité de la collecte des données. » Il est donc important d'attendre et d'ajuster si nécessaire.

Le groupe d'experts s'est ensuite aventuré dans l'avenir et a réfléchi à la manière dont les systèmes de tarification pourraient à l'avenir mieux prendre en compte le parcours du patient, en mettant l'accent sur des soins complets et de haute qualité. Il s'agit toutefois d'une question structurelle qui nécessite la coopération et la collaboration de toutes les parties concernées : « À cet égard, il y a encore beaucoup de potentiel », résume le Dr Luchsinger.

 

Talk: « Signal de départ pour les négociations tarifaires » , Protocole instantané sur le Forum HSK 2021 et conclusion

 

Après le panel d'experts, Kreuzer a informé Stephan Klapproth lors d'un bref exposé qu'il n'y aura pas de nouveau benchmark pour l'année tarifaire 2022 : La Communauté d’achat HSK utilisera la même base qu'en 2021 pour les négociations tarifaires avec les hôpitaux. Cela s'explique par la distorsion des données due à la pandémie de COVID 19. Les informations supplémentaires sur le benchmarking actuel peuvent être trouvées ici.

La célèbre artiste de cabaret et satiriste Patti Basler a résumé les points les plus importants de l'événement dans un protocole instantané en guise de conclusion. Avec de nombreux jeux de mots et des allusions amusantes, elle a été très applaudie par le public. 

L'année prochaine, le Forum HSK aura de nouveau lieu, le 1er septembre 2022, nous nous réjouissons déjà de votre participation !
 

A quel point cet article est intéressant pour vous?


Informations complémentaires

Lien vers l'article de la newsletter HSK : « Actualités sur le Benchmarking 2022: DRG et TARPSY » Exposé Prof. Dr. Herbert Rebscher : «Le système DRG comme financement hospitalier en Allemagne et en Suisse» Exposé Jean-Marc Aubert : « Les évolutions de la tarification des soins en France » Exposé Robert Schomburg : « Evolution des systèmes tarifaires - Pouvoir effectif du normatif. Au Croisement Médecine aiguë - Réadaption neurologique ? »

Votre contact direct

Eliane.jpg

Eliane Kreuzer

Directrice
T +41 58 340 64 92
e.kreuzer