Einkaufsgemeinschaft HSK AG
Postfach
8081 Zürich

www.ecc-hsk.info
D | F | I

Stratégie d’HSK pour lutter contre des exigences tarifaires élevées

Pour la communauté d’achat HSK, la priorité va à la négociation basée sur les données, gage de transparence et de prix équitables. Des données fiables forment une bonne base pour répondre aux arguments des partenaires de négociation et lutter contre des exigences tarifaires élevées.

La détermination des prix pour chaque hôpital sur la base de données permet à la communauté d’achat HSK de se démarquer de la concurrence. La communauté d’achat HSK utilise cette compétence clé pour accroître la transparence dans les négociations tarifaires et obtenir des prix justes. Négocier sur la base de données signifie analyser de manière objective et tirer parti de la transparence découlant de la structure tarifaire de SwissDRG. Jusqu’ici, la négociation sur la base de données était essentiellement pratiquée dans le domaine des soins aigus. À l’avenir, HSK misera de plus en plus sur cette stratégie de négociation, y compris dans d’autres domaines tarifaires.

Avantages des négociations basées sur les données

HSK utilise les données existantes pour apporter des arguments pertinents dans les négociations et ainsi, justifier ses prix. En outre, les négociateurs d’HSK peuvent, du fait de la qualité des données sur lesquels ils se fondent, répondre aux arguments des partenaires de négociation, les valider ou les réfuter.
Un bon exemple est la négociation avec un fournisseur de prestations qui présente des coûts très élevés et, par conséquent, possède des exigences très poussées. Une analyse a notamment permis d’établir que dans l’hôpital concerné, la durée de séjour était nettement plus élevée que dans l’ensemble de la Suisse et que les frais de personnel y étaient excessifs. Cet hôpital se heurtait donc à d’importants problèmes d’efficacité. Sur cette base, HSK a requis une baisse de tarifs, car on ne saurait récompenser l’inefficacité.

A gauche : charges de personnel moyennes en francs suisses par collaborateur/trice | A droite : nombre de collaborateurs pour 1000 sorties

A gauche : charges de personnel moyennes en francs suisses par collaborateur/trice | A droite : nombre de collaborateurs pour 1000 sorties

Grâce aux données disponibles, il a également été possible de réfuter les arguments d’un autre partenaire de négociation plaidant pour une augmentation de tarifs. Celui-ci arguait que l’hôpital avait, du fait d’un nombre supérieur à la moyenne de patients multimorbides et d’un âge moyen élevé des patients, de nombreux cas déficitaires insuffisamment reflétés par la structure tarifaire de SwissDRG. Sur la base des données existantes, il s’est avéré que cet hôpital se différenciait cependant peu de cliniques comparables. Il n’existait donc aucune raison d’augmenter le baserate.

Pyramide des âges par groupes de diagnostic principal (p. ex. MDC 01) de l’hôpital de référence par comparaison avec trois autres hôpitaux

Pyramide des âges par groupes de diagnostic principal (p. ex. MDC 01) de l’hôpital de référence par comparaison avec trois autres hôpitaux

Certains hôpitaux présentant des coûts faibles – en deçà de l’indice de référence HSK – affirment qu’ils sont particulièrement efficients, se réfèrent à la jurisprudence autorisant des gains d’efficacité et réclament des prix élevés. Autrement dit, ces hôpitaux réclament un baserate supérieur au montant de leurs coûts réels. HSK se pose donc la question suivante : ces hôpitaux sont-ils réellement aussi efficients dans leur fourniture de prestations ou réalisent-ils une sélection ciblée des patients – ou « cherry picking » ? Les analyses de données ont révélé que ces partenaires de négociation prenaient parfois en charge des cas « simples » avec un « Patient Clinical Complexity Level » (PCCL) de 0.

Comparaison de la complexité des cas selon le PCCL (Patient Clinical Complexity Level)

Comparaison de la complexité des cas selon le PCCL (Patient Clinical Complexity Level)

HSK a également constaté que ces cliniques traitaient un nombre nettement moindre d’admissions en urgence que des cliniques comparables. Cela leur permet de planifier l’activité plus facilement et requiert moins de prestations de base fixes pour service d’urgence ou de garde. HSK a en outre identifié une part de patients avec une durée de séjour basse au-dessus de la moyenne. Ces résultats pointent vers une gestion ciblée des patients et non vers un gain d’efficacité.

Comparaison des admissions en urgence dans l’ensemble de la Suisse : moins les admissions en urgence sont élevées, plus l’activité est planifiable et profitable

Comparaison des admissions en urgence dans l’ensemble de la Suisse : moins les admissions en urgence sont élevées, plus l’activité est planifiable et profitable

Davantage de transparence

HSK s’engage pour des prix équitables et clairs dans l’achat de prestations. La fixation des prix nécessite de s’appuyer sur des données fiables. Les décisions basées sur l’intuition sont exclues. Grâce à la stratégie de négociation basée sur des données, la communauté d’achat HSK promeut la transparence et identifie l’inefficacité ainsi que la non-rentabilité. HSK contribue ainsi à une évolution stable des prix et des primes pour les assurés.

A quel point cet article est intéressant pour vous?

Votre contact direct

Riadh.jpg

Riadh Zeramdini

Directeur-adjoint | Responsable Région Romandie | Gestionnaire tarifaire de SwissDRG
T +41 58 340 41 88
r.zeramdini